Accès rapide :

Sécurité alimentaire

Contexte

La sécurité alimentaire et nutritionnelle existe lorsque les êtres humains ont, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

Des progrès ont été enregistrés avec une diminution de 167 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde au cours des dix dernières années et de 216 millions depuis le début des années 1990. Dans les régions en développement, la proportion de personnes sous-alimentées dans la population totale est passée de 23,3% en 1990-1992 à 12,9% aujourd’hui.

Cependant, 795 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde, soit près de 11% de la population mondiale. La grande majorité de ces personnes se trouvent dans les pays en développement. L’enjeu est particulièrement marqué en Afrique subsaharienne où plus de 23% de la population, soit 220 millions de personnes, sont en état d’insécurité alimentaire.

La malnutrition provoque quant à elle la mort de 3,1 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année, soit 45% des décès de cette tranche d’âge et 165 millions d’enfants souffrent de retard de croissance.

L’agriculture est un déterminant majeur de la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle (et donc de l’atteinte de l’objectif de développement durable – ODD - 2).

Elle participe par ailleurs à la lutte contre la pauvreté (et donc aux ODD 1 et 10) en offrant emplois et revenus, notamment à des populations vulnérables, dans ses filières de production et de transformation, ce qui est particulièrement important pour le continent africain qui va faire face à l’arrivée de 27 millions de jeunes par an sur son marché de l’emploi d’ici à 2030.

L’agriculture représente également une opportunité unique d’atténuation du dérèglement climatique par ses capacités de séquestration du carbone dans les sols, les prairies et les forêts ; elle contribue ainsi à l’ODD 13 sur le climat.

Au-delà de ces enjeux, l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle sont également des paramètres fondamentaux pour l’atteinte des ODD 3, 8, 12, 15 et 17.

Or, l’agriculture sera fortement impactée par le dérèglement climatique et doit s’adapter. Alors qu’il faudra accroître de 60 % la production alimentaire dans les trente-cinq prochaines années afin de nourrir neuf milliards d’êtres humains, l’augmentation des températures pourrait entraîner une baisse des rendements mondiaux en blé, riz et maïs de plus de 25%.

L’action de la France

L’urgence est prégnante dans les pays du Sud : la croissance démographique et les impacts déjà perceptibles du dérèglement climatique sur les populations rurales, les plus vulnérables, nécessitent des actions immédiates.

La vision française de la sécurité alimentaire et nutritionnelle s’inscrit dans une définition large reposant sur quatre piliers : l’accès physique, économique et social à l’alimentation, la disponibilité de la nourriture, la qualité sanitaire et nutritionnelle des produits et la régularité de l’accès, de la disponibilité et de la qualité. La France s’implique également sur les questions spécifiques de nutrition, en particulier dans le cadre de la lutte contre la malnutrition maternelle et infantile.

La conférence internationale d’Addis-Abeba sur le financement du développement, l’adoption des ODD à New York et les très nombreux évènements parallèles organisés pendant la COP 21 ayant mis en évidence les liens entre agriculture, sécurité alimentaire et nutritionnelle et dérèglement climatique, créent un contexte politique particulièrement favorable qui doit être mis à profit pour engager des transformations de grande ampleur vers des systèmes agricoles et alimentaires durables. Le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle passe par l’amélioration de la gouvernance mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, en vue d’assurer une meilleure coordination internationale.

Comme l’affirme la loi du 7 juillet 2014 d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale, l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle constituent une des priorités de l’action de la France sur la scène internationale, tant dans le cadre de coopérations bilatérales, qu’au niveau multilatéral. Par son action diplomatique, elle promeut cette thématique dans les enceintes internationales, comme le G7 et le G20, et auprès de l’Union européenne. La France est fortement mobilisée dans le fonctionnement du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) et soutient le secrétariat du Mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN). Elle travaille étroitement avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et, dans le domaine de la recherche, avec le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR).

La protection des populations face aux crises alimentaires passe par l’amélioration de leur résilience aux différents chocs et stress et par une meilleure prévention et gestion des crises. L’amélioration durable de la sécurité alimentaire et nutritionnelle nécessite un soutien à l’agriculture familiale, au développement des filières et à la mise en place de politiques agricoles, alimentaires et nutritionnelles intégrant les enjeux de développement durable. Elle progressera également grâce à l’amélioration des services financiers et non financiers aux agriculteurs. En 2014, l’Agence française de développement (AFD) s’est engagée à hauteur de 402 millions d’€ en Afrique Subsaharienne pour soutenir les exploitations familiales agricoles, les filières agricoles, le développement durable des zones rurales et la sécurité alimentaire.

La contribution de la recherche dans le domaine agricole et rural sera cruciale pour accompagner les profondes transformations qu’appelle l’atteinte des ODD, face au double défi de la croissance démographique et du dérèglement climatique.

Mise à jour : 26 février 2016

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016